Les Compagnies de Marcheurs

Inventaire des Compagnies de Marcheurs

Nom de la Compagnie  Furnaux  



Illustration de la Compagnie
 
Nom de la Marche  Marche de la Nativité de Notre Dame 
Localité  Furnaux  - Mettet  - Namur 
Date de création  2003 
En activité  Oui  
Jeune Compagnie  Non (il ne s'agit pas d'une jeune Compagnie)  
Saint  Notre-Dame de la Nativité 
Sortie annuelle  Septembre - 1er dimanche 
  06/09/2020 X 
Horaire:  Messe: 10h00
Départ de la procession: 11h00
Rentrée: 19h15
Moment fort:  Bataillon carré rue de Sopré à 18h30  
Cassage du verre  Septembre - Dimanche de la Marche (soir) 
  06/09/2020 
Nbr de Marcheurs  200 

Données liées à l'ARMFESM 
Affiliée  En 21/11/2014 (stage de 10 ans)  sous le numéro 32 
 

Contacts 
Site internet  http://www.marchefurnaux.jimdo.com 
Email  aurelien_laffineur (a) hotmail.be  
 
Mise-à-jour  24/04/2020 
Légende: nc: non communiqué;  -: non communiqué ou inexistant


Saint patron



Sainte Marie
Epoque Ier siècle
Fête 1er janvier, solennité de sainte Marie
Particularité Mère de Jésus
Epouse de Joseph
Sa vie

Vierge Marie
Notre-Dame - Photo Marche de la Vierge - Forchies-la-Marche


Notre Dame de la Nativité de Furnaux
Notre-Dame de la Nativité - Furnaux


Marie, la mère de Jésus.

La Vierge Marie nous est connue par le Nouveau Testament. Saint Paul sait que Jésus est "né d'une femme". Les évangélistes saint Mathieu et surtout saint Luc nous renseignent sur son histoire. Elle se nommait Marie (Myriam). Mariée à une artisan, Joseph, elle habitait une bourgade de Galilée, Nazareth. L'ange Gabriel vint lui annoncer qu'elle serait la mère du Messie attendu par les juifs. Et comme Marie, troublée, disait à l'ange : "Comment cela se fera-t-il, puisque je ne connais pas d'homme ?", Gabriel précisa que l'enfant serait conçu du Saint-Esprit. Marie répondit : "Je suis la servante du Seigneur. Qu'il me soit fait selon ta parole !". L'ange lui avait donné comme signe la grossesse de sa cousine Elisabeth, fort avancée en âge. Marie partit seule pour la Judée, afin de visiter Elisabeth, qui la salua. Marie chanta alors le cantique de reconnaissance et de joie connu sous le nom de Magnificat. Six mois après son retour à Nazareth, un recensement romain obligea Marie et Joseph à partir pour le lieu d'origine de leur famille, Bethléem, ville de David. Là, dans une étable, Marie mit au monde son fils Jésus, que, peu après, elle présentait au Temple.

Ces trois "mystères" de la Vierge - Annonciation, Visitation, Naissance de Jésus - contiennent l'histoire intérieure de la Vierge Marie qui, d'après saint Luc, les "repassait dans son coeur". Saint Matthieu raconte que pour soustraire Jésus à la colère d'Hérode, Joseph et Marie fuirent en Egypte et ne revinrent à Nazareth qu'après la mort du tyran. De son côté, saint Luc conte comment Jésus, âgé du 12 ans, fut perdu par ses parents, lors de la Pâque à Jérusalem, et retrouvé au Temple, écoutant et interrogeant les docteurs. Mais près de Joseph et de Marie, à Nazareth, il grandit dans la soumission. Que le temps fut venu, Jésus quitta sa mère - Joseph était probablement mort - pour accomplir sa mission au milieu des hommes. Cependant, c'est à la prière de Marie que, aux noces de Cana, il accomplit son premier miracle.

Il faut attendre la mort de Jésus pour voir réapparaître Marie dans les Evangiles. Elle est debout au pied de la croix ; Jésus agonisant lui donne pour fils Jean, le disciple bien-aimé, et il confie sa mère à Jean. Marie fut présente quand l'Eglise naissante reçut sa confirmation, le jour de la Pentecôte. Elle dut être pour Luc une source irremplaçable de témoignages sur Jésus; très probablement, elle aida Jean de son amitié et contribua à faire de lui l'apôtre de l'amour.

On ne connaît ni la date ni le lieu de la mort de la Vierge. Cependant, une tradition orientale veut que Marie, entre 37 et 48, soit venue à Ephèse, en compagnie de saint Jean. Au XIXe siècle, on découvrit près d'Ephèse, les ruines d'une ancienne maison fort ancienne et répondant au signalement donné par la visionnaire Catherine Emmerich (+ 1824) du lieu où serait morte la mère de Jésus. Dès lors, cette maison, qui attire de nombreux pèlerins, fut appelée Panaya Kapulu, la Maison de la Vierge. En 1950, Pie XII précisa que, sa vie terminée, "la Mère immaculée de Dieu fut enlevée, corps et âme, à la gloire céleste" : l'Assomption de Marie est donc un dogme catholique, au même titre que son Immaculée-Conception, proclamée en 1854 par Pie IX.

Dès le IIe siècle, les écrivains chrétiens reconnaissent la participation librement consentie de Marie dans la Rédemption, pour préparer la participation d'Eve dans la chute originelle. Mais ce fut au IVe siècle que la place de Marie dans l'histoire du salut se précisa à propos de la définition de l'Incarnation. Le concile d'Ephèse de 431 définit Marie comme étant vraiment "la Mère de Dieu".

Depuis lors, le culte de la Vierge Marie a pris d'innombrable formes ; il est à l'origine de pèlerinages extrêmement fréquentés comme Lourdes. C'est par milliers que l'on compte chapelles, églises et cathédrales dédiées à Notre-Dame. Tous les arts et une littérature considérables se sont inspirés des mystères de sa vie. La mariologie est une forme très vivante de la pensée et de la spiritualité chrétiennes. L'Ave Maria est, avec le Pater, la prière la plus populaire chez les chrétiens.De très nombreuses fêtes - de l'Eglise universelle ou locale - célèbrent la Sainte Vierge. L'Eglise a maintenu comme fêtes obligatoires dans son calendrier : la Purification et la Présentation de Jésus au Temple (2 février), l'Annonciation (25 mars), la Visitation (31 mai), l'Assomption (15 août), la Nativité de Marie (8 septembre), Notre-Dame des douleurs (15 septembre), Notre-Dame de Rosaire (7 octobre), la Présentation de Marie au Temple (21 novembre), Notre-Dame du Mont-Carmel (16 juillet), Notre-Dame de Lourdes (11 février), l'Immaculée-Conception (8 décembre). Une fête de Marie Reine est célébrée le 22 août.

Toutes les autres fêtes sont facultatives ou locales, ou ont été regroupées en une seule, dite de sainte Marie Mère de Dieu, obligatoire le 1er janvier.

Composition

    
  • Cavalerie
  • Sapeurs
  • Groupes des enfants
  • Vivandières
  • Batterie
  • Fanfare
  • Drapeau de compagnie
  • Major de compagnie
  • Peloton des fusils
  • Pelotons des tromblons
  • Dernière guérite

  • A noter que toute la compagnie est habillée en Volontaires belges de 1830
    Données en date du 01/09/2012

Horaire / Itinéraire traditionnels de la procession

    
      Samedi
      • 13h00: Appel de la batterie et Rassemblement des marcheurs au chapiteau.
      • 13h30: Prise des drapeaux à la fontaine "d'el Pouyette".
      • 13h45: Première décharge au monument des marcheurs disparus.
      • 16h00: Halte place du Tilleul.
      • 21h00: Dislocation.

      Dimanche
      • 06h00: Réveil par la batterie.
      • 09h15: Rassemblement de la compagnie au chapiteau.
      • 10h00: Messe solennelle en l'église Notre Dame.
      • 10h40: Sortie de messe / Parade sur la place de l'Eglise / Dépôt de fleurs au monument des anciens combattants / Remise des médailles.
      • 11h00: Départ de la procession. Salves aux chapelles Notre Dame du Bon Secours et Saint Roch.
      • 12h30: Dîner au chapiteau.
      • 14h30: Reprise de la procession. Salves aux chapelles Fère Mutien-Marie et Saint Guy.
      • 18h30: Bataillon carré (rue de sopré).
      • 19h15: Rentrée Solennelle de la Nativité à l'église.
      • 19H45: Rentrée au chapiteau / Vin d'Honneur offert à tous / Remerciements / Cassage du verre pour l'année suivante.
      • 21h30: Retraite aux flambeaux
      • 22h00: Rigodon final

      Données en date du 23/08/2019

Eglise

Retour à la liste complète



Dates de sortie indicatives, l'ASBL Musée des Marches Folkloriques de l'Entre-Sambre-et-Meuse ne peut être tenue responsable en cas d'erreur.
Il se peut que la date de sortie ne coïncide pas forcément à la date thérorique de sortie. Ceci peut être lié à un évènement exceptionnel (élections) ou à une indisponibilité des costumes à la date du calendrier perpétuelle